Mairie de La Celle-Guenand
M. Moreve
1 Place de l'Eglise
37350 La Celle-Guenand

Tél. 02 47 94 93 07

EMAIL

logo touraine du sud
> Accueil > Accueil

la Berce du Caucase

berce-du-caucase/la-fleur.JPG

La Berce du Caucase, une plante sauvage dangereuse pour la santé, repérée à la Celle Guenand

 

Le sujet

Récemment, plusieurs pieds de Berce du Caucase ont été observés en divers lieux de la commune par le Conservatoire d'espaces naturels Centre-Val de Loire qui nous a alerté. Cette plante exotique envahissante, originaire d'Asie du sud-ouest et des montagnes du Caucase, a été introduite en Europe au XIXe siècle pour l'ornement des jardins, appréciée en raison de son gigantisme.

Elle se développe préférentiellement sur des sols humides, riche en azote et plutôt ensoleillés. Elle peut ainsi être observée le long des cours d'eau, des fossés, des chemins et des routes mais également dans les prairies humides à hautes herbes et en lisières forestières. A la Celle-Guenand, les foyers de Berce du Caucase sont localisés en bords de route sur la D50 et la D13, en pieds de bâtiments, ou encore sur les berges du Rémillon dans le bourg et aux abords du stade.

Outre les conséquences néfastes que peut avoir cette espèce sur la biodiversité locale et les milieux naturels, l’envahissement progressif du territoire français et par chez nous, du sud Touraine, est une véritable préoccupation de santé publique.

 Attention, danger !

En effet, La Berce du Caucase est une plante fortement sensibilisante

berce-du-caucase/la-plante-au-bord-de-la-route.JPG

dont le contact de la sève avec la peau provoque de graves brûlures. Elle contient plusieurs substances chimiques qui s’activent sous l'effet de la lumière du soleil. Après contact avec la plante, les premières douleurs apparaissent dès 15 minutes et le pic intervient après 2 heures. Par la suite, des lésions de la peau se développent en quelques jours. La peau devient rouge, gonflée, et des grandes cloques mettent un à deux jours à apparaître. Les lésions ont l'aspect d'une brûlure qui peut être sévère.

 Par la suite, il en résultera une sensibilité à la lumière à vie de la partie touchée. 

Savoir la reconnaitre

Au stade adulte, cette plante a une allure gigantesque. Sa posture la rend très attractive, son esthétisme et la curiosité de chacun peut guider petits et grands à aller s'y frotter malencontreusement, pour en faire un bouquet par exemple. Elle mesure généralement entre 2 à 3 mètres de hauteur, mais après avoir été tondue ou fauchée, comme en bords de route par exemple, sa hauteur est généralement comprise entre 30 cm et 1 mètre, la rendant plus discrète. Ses feuilles, plus longues que larges, peuvent atteindre 50 cm de largeur et 1 mètre de longueur. Chaque feuille est divisée en 1 à 3 parties plus petites, profondément découpées et pointues. Les petites fleurs blanches sont regroupées en ombelles pouvant atteindre jusqu’à 50 cm de diamètre. Chaque ombelle est composée de plus de 30 rayons et fleurit de juin à septembre. La tige, d’un diamètre de l’ordre de 5 à 10 cm, est creuse, cannelée et souvent tachetées de pourpre ce qui permet de bien la différencier de la Berce commune, espèce de chez nous de plus petite taille, et dont la fleur est composée de moins de 30 rayons.

 

Comment prolifère-t-elle ?

Chaque plant produit des milliers de graines matures à partir de septembre. Ces graines sont disséminées par le vent à quelques mètres du pied mère. Mais sa dispersion est également facilitée par l'eau lorsqu'elle est à proximité d'un cours d'eau ou d'un fossé. Surtout, c'est l'homme qui contribue largement à sa dissémination quand il fauche les bords de route et que les pieds sont montés à graines, les machines sont susceptibles d'en répandre partout. De plus, des graines peuvent se coincer dans les engins et être redéposées de manière fortuite en d'autres lieux jusqu'alors indemnes de toutes invasions par la Berce du Caucase. Les voitures aussi jouent très bien ce rôle disséminateur le long des routes.

 

Alors que faire ?

En premier lieu en cas d'observation de la Berce du Caucase, il convient d'effectuer son signalement au Conservatoire (cf contact ci-dessous) puis à la mairie. En cas de doute sur l'identification de la plante, vous pouvez la photographier et envoyer votre observation par mail au Conservatoire, pour confirmation. Dans tous les cas, restez en éloigné et ne la prélevez surtout pas ! Les opérations d'interventions sur la Berce du Caucase doivent être réalisées par des professionnels des espaces verts, équipés d'une tenue de protection intégrale pour se protéger des projections de sève lorsque l'on coupe la fleur et la tige. Combinaison intégrale à usage unique, casque, lunette, masque, gants, aucune peau ne doit être nue.

Dernière éléments sur l'espèce, elle réalise son cycle biologique en plusieurs années. 2 à 3 années de croissance végétative, puis une année pour effectuer sa floraison, à l'issue de laquelle le pied meurt. La stratégie d'intervention consiste donc, au minimum à couper les fleurs pour stopper la production de graines. Mais chaque pied peut être gérer individuellement en coupant à la bêche sous le collet (partie intermédiaire au niveau du sol entre la tige et la

berce-du-caucase/la-plante.JPG

racine). Les résidus de coupe peuvent être laissés sur place.

Pour toute informations complémentaires sur les plantes invasives :

site web : https://www.cen-centrevaldeloire.org/groupe-plantes-invasives

contact : plantes_invasives@cen-centrevaldeloire.org